Faire appel à l’IA pour bâtir de villes plus durables

19 septembre 2022

La notion de ville intelligente se généralise aux quatre coins de la planète soulignant non seulement l’aspect technologique mais aussi durable des agglomérations. Certaines études indiquent que près de 70 % de la population mondiale devrait habiter dans des zones urbaines d’ici 2050, augmentant la pression sur les ressources locales et amplifiant des enjeux majeurs tels que le réchauffement climatique.

Depuis des années, ces changements sont devenus une question cruciale pour la prise de décision en urbanisme autant dans la sphère publique que privée. En effet, entreprises et gouvernements déploient des efforts colossaux pour fournir des services plus performants et moins énergivores, adaptés aux besoins réels des citoyens sans desservir la cause environnementale. En ce sens, l’intelligence artificielle et l’exploitation des données ouvrent des opportunités pour construire les villes durables de demain.

La science des données ainsi que l’intelligence artificielle permettent aujourd’hui de développer des réponses sur-mesure aux défis environnementaux à relever. C’est par exemple le cas de l’entreprise Axceta, partenaire du groupe Systra, qui a confié au Centre de Recherche Informatique de Montréal (CRIM) le développement d’un outil de prédiction de la consommation des batteries électriques des autobus. Basés sur des données opérationnelles collectées en conditions réelles, ses travaux ont contribué à l’optimisation du réseau transport de la Ville de Laval.

Les experts du CRIM ont dû débuter par une évaluation préliminaire des données pertinentes à collecter. Dans le but d’établir des corrélations à valeur ajoutée du fonctionnement des véhicules, les experts ont aussi identifié d’autres données extérieures à surveiller telles que les conditions climatiques, l’achalandage du transport public et les conditions du trafic. « Le maillage d’expertise en développement logiciel d’Axceta, en électrification des transports de Systra et en science des données du CRIM a permis aux partenaires de créer un outil d’aide à la décision permettant notamment aux ingénieurs chez Systra de proposer une solution optimale pour leurs projets d’électrification des transports. Axceta est fière de collaborer à cette initiative facilitant l’accélération de la transition énergétique » affirme Francis Latulippe, Directeur de la technologie, Axceta.

En collaboration avec le Réseau de Transport de Laval (RTL), l’entreprise a équipé plusieurs autobus d’une solution télématique afin de collecter de données pendant une période d’environ trois mois avant de passer aux étapes de nettoyage, d’annotation et de stockage. Par la suite, les experts du CRIM ont travaillé sur les algorithmes qui ont prouvé que cette solution technologique pouvait avoir un impact réel sur la qualité de vie des citoyens et sur son empreinte énergétique.

Les avantages de l’exploitation des données par l’intelligence artificielle pour les villes intelligentes et durables ne s’arrêtent pas au niveau du transport. De la construction de bâtiments intelligents, plus écologiques et connectés jusqu’à la prédiction des risques liés aux catastrophes naturelles (inondations, désertification, incendies), les organisations publiques peuvent décider et agir plus rapidement, avec plus de précision et d’impacts mesurables, face aux enjeux du changement climatique.

Dans le domaine géospatial, le CRIM est aussi à l’avant-garde en participant de façon active à l’initiative Donnéesclimatiques.ca en collaboration avec Environnement et Changement Climatique Canada et Ouranos. Ce consortium en climatologie régionale a attiré l’attention de K2 Geospatial, une entreprise québécoise qui a développé la plateforme d’intégration cartographique JMap, qui, entre autres, permet aux Services de la sécurité publique de plusieurs villes québécoises de planifier des interventions et des communications en cas d’inondations. «Chez K2 Geospatial, on est très sensible à tout ce qui touche les changements climatiques pour nos clients. La profondeur des données du CRIM assure une qualité et une justesse dans les communications et les interventions à mettre en œuvre», affirme Jacques Charron, président-fondateur de l’entreprise.

Aujourd’hui, il est essentiel d’avoir une gestion intégrée et des bonnes ressources pour en tirer le maximum bénéfice du volume massif de données numériques collectées par les différents services publics et par les entreprises privées impliquées. «Depuis plus de 35 ans, le CRIM met à disposition des organisations les connaissances et le savoir-faire de ses experts en science des données, intelligence artificielle et architecture logicielle pour faire avancer l’innovation au Québec. Pour créer des villes intelligentes, durables et responsables dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre qui frappe principalement l’industrie des technologies, l’intelligence collective et la collaboration deviennent les standards du modèle d’affaires qui s’impose aux différents acteurs. Dans ce scénario, le CRIM est un partenaire de choix autant pour réaliser des projets de développement expérimental ou de recherche appliquée, ainsi que pour contribuer au développement des compétences professionnelles par le volet mentorat de son nouveau programme Numeria», affirme Mathieu Barreau, directeur, affaires, communications et partenariats du CRIM.

*Article publié sur Le Devoir le 10 septembre 2022. Cahier spécial sur la recherche.

Mots-clés

Partager sur vos médias sociaux

button upCreated with Sketch.
Rechercher...
Generic filters

Abonnez-vous à notre infolettre

* Champs requis